Actualités

On peut être un génie des mathématiques et se retrouver complètement dépourvu face au traitement des factures. C’est à partir de ce constat qu'ont été pensés les premiers cour d’adulting à Berkeley, en Californie, sur l’impulsion de deux étudiantes ayant elles-mêmes été confrontées à cette difficulté majeure qu’est le fait de devenir adulte.

Pour des raisons écologiques ou économiques, les consommateurs se tournent progressivement vers des alternatives éco-responsables et minimalistes et délaissent les enseignes traditionnelles pour leurs cadeaux. Militants éco-conscients ou citoyens en quête de sens, la déconsommation est leur mot d’ordre et leurs cadeaux en témoignent.

L’hypercroissance de notre monde nous a t-elle amené à un point de non retour ? C’est une question à laquelle les décroissants, adeptes du ralentissement et de la dé-consommation, préfèrent répondre par la négative. Non, un autre monde est possible. Plus égalitaire, plus juste, plus lent peut-être, mais bien plus facile à vivre que l’actuel. Pour ce faire, il ne s’agit plus seulement de mieux consommer, mais de moins consommer.

D’une part, les hédonistes, ceux qui ont tout vu, tout goûté, hélas pas tout apprécié, mais qui ont cédé à la tendance du burger vegan dégoulinant de faux-mage, des bubble gaufres et autres mochis tout droit venu d’Asie. De l’autre, les healthy-guru, les fanas de tacos, les grands curieux, les petits gourmands, les becs sucrés, les traditionnels, et tout un tas d’autres aficionados en quête de plaisirs et de surprises culinaires.

Depuis quelques semaines, cette réplique cinglante est sur toutes les lèvres et apparaît comme la réponse la plus directe d’une jeunesse fatiguée des critiques infondées de ses aînées, les baby boomers, sur des questions comme le travail, le mérite ou encore même le réchauffement climatique, qui cristallisent des tensions inévitables.

Apparu dans les années 80, le greenwashing avait pour but de véhiculer une image éco-conscient ou éco-responsable d’une entreprise, sans pour autant proposer un service durable. Il s’agissait à l’époque de montrer patte blanche face aux consommateurs dubitatifs. Sur le même principe, le woke-washing consiste à s'approprier une lutte sociale et l’instrumentaliser afin de séduire les consommateurs. Issu de l’argot afro-américain, le mot “woke” signifie “éveillé ou “progressiste” selon le context

Depuis quelques années, une date fatidique marque la scission avec le reste de l’année. Il y a l’avant et l’après. Il y a ce début d’année où la planète est drainée et l’autre moitié où nous vivons sur la réserve. Cette année, cette date tombait un 29 juillet. Et chaque année, elle recule dans le calendrier, ce que ne manquent pas de rappeler des médias tels que Konbini ou Brut en faisant appel à des experts en collapsologie.

En 2019, la clientèle asiatique représente plus de la moitié de la clientèle du luxe, dont 32% de Chinois et surtout, de Chinoises. Car sans surprise, le coeur de cible du secteur demeure les femmes. Petit portrait robot de la cliente luxe 2.0 : chinoise, connectée, résolument self-made, férue de pièces pointues et de mode française et italienne.

Si Musical.ly et TikTok étaient chacun de leurs côtés deux monstres de la diffusion instantanée, la fusion de leurs deux écosystèmes en a fait une entité toute puissante et prête à conquérir le marché. C’est sans peine que l’entité TikTok a conquis l’occident en profitant du public déjà convaincu de Musical.ly.

Imaginez un algorithme capable d’analyser près d’1,7 million de formules, de matières premières, de données commerciales et de préférences olfactives par pays et tranches d’âge pour élaborer des accords uniques, jusqu’à alors jamais sentis dans l’univers de la parfumerie. C’est ce que promet Philyra, logiciel développé par IBM et déjà utilisé par l’entreprise Symrise - le Givaudan allemand.

Afficher plus